Accueil / Nos lieux de travail / Radio-Canada/CBC / Des progrès modiques à la table des négos, mais la sécurité d’emploi est toujours menacée

Des progrès modiques à la table des négos, mais la sécurité d’emploi est toujours menacée

Les négociations entre la Guilde canadienne des médias et la SRC/CBC se poursuivent et nous avons eu quelques progrès. Les deux camps ont obtenu une entente sur les congés pour activités syndicales et sur la semaine de travail réduite. Cette semaine, le comité de négociation de la Guilde se retrouve à la table des négos avant de partir pour une série de réunions avec les membres à partir du 4 juillet partout au pays.

Notons que la Société se préoccupe de l’arrêt de deux semaines dans les négociations lorsque la Guilde mène le vote de grève. Cependant, elle a vite refusé notre proposition de prolonger la période de conciliation de deux semaines. Une telle prolongation est seulement possible si les deux camps sont d’accord. Son refus suggère qu’elle se préoccupe plutôt du vote que de la perte de temps pour négocier.

Il faut que nos membres soient bien au courant des enjeux lors du vote (les 13 et 14 juillet) et, dès le 18 juillet, nous retournerons à la table des négos et travaillerons jour et nuit, et pendant les fins de semaine si nécessaire, pour conclure une convention collective juste et équitable.

Pour ce faire, la Société va devoir retirer sa proposition d’embaucher de façon contractuelle presque tout employé à l’avenir. On a du mal à comprendre les raisonnements énoncés par la Société. Les voici:

1. La valeur effective des budgets de la SRC/CBC continue de baisser

En fait, le budget de la Société cette année est de plus de 1,6 milliards $, ce qui est plus élevé que jamais. Pendant des années, on nous a dit que les sacrifices des employés et les efforts à montrer que la SRC/CBC est une société bien gérée assureraient un financement stable de la part du gouvernement. Le manque de réussite de la part de la direction ne justifie pas l’embauche d’une main d’oeuvre jetable. Le fait de recevoir, ou non, des augmentations dans le financement du gouvernement selon le taux de l’inflation ne change rien du mandat fondamental du radiodiffuseur public.

2. Les cycles de programmation à la radio et à la télé deviennent plus courts. La SRC/CBC doit renouveler sa programmation plus souvent, de façon ponctuelle, et sans pouvoir garantir la survie d’une émission au-delà d’une année ou deux.

La longueur d’un cycle de programmation n’a rien à faire avec une main-d’oeuvre permanente. Sauf si la Société veut congédier tous les employés actuels lors d’une annulation ou d’un changement d’un programme, le cycle n’a rien à faire avec le statut des employés. Rappelons que la Société nous a assuré qu’il n’y aura aucun impact sur les employés permanents actuels. Ça veut donc dire que les employés permanents actuels eux aussi travailleront dans ce « nouveau cycle de programmation. »

3. La SRC/CBC doit être en mesure de modifier les formats et les structures, de placer les bonnes personnes aux bons endroits et de déplacer les ressources plus rapidement qu’auparavant.

Voyons donc ! Depuis des décennies, la SRC/CBC modifie les formats et les structures, et déplace les employés et les ressources. Compte tenu que les employés permanents actuels continueront de travailler dans ces nouveaux formats et structures, comment peut-on justifier la proposition de la Société?

La Guilde est prête à répondre aux besoins particuliers d’embaucher des employés temporaires si et quand la Société décide de partager ses besoins avec nous. Nous ne signerons toutefois pas un chèque en blanc qui menacerait la carrière des employés de la SRC/CBC, et la Société elle-même.

Votre comité de négocation :
Arnold Amber, Toronto
Pierre Claveau, Vancouver
Brendan Elliott, Charlottetown
Percy Hatfield, Windsor
Joe Hill, Toronto
Wendy Hunt, Toronto
Gerry Jones, Regina
Barbara Saxberg, Toronto
Lee Siemon, Toronto
Chris Turner, Fredericton
Rick Warren, Vancouver
Dan Oldfield, premier agent administratif, GCM

Ressources pour les membres


Sujets les plus consultés

Scroll to Top